jean-marcplumauzille

    acasafeliz

 

Modèles réduits de Paris : esquisses préparatoires
Modèles réduits de Paris : construction
Modèles réduits de Paris : construction
Modèles réduits de Paris : construction
Modèles réduits de Paris : enduits
Modèles réduits de Paris : enduits
Modèles réduits de Paris : enduits
Modèles réduits de Paris : mise en couleur


English text below

Pour toutes les actualités de A Casa Feliz / La Maison de Carton,

visitez le blog Wordpress et la page Facebook


Dès mon enfance je me passionnais pour le carton, matière humble, récupérable et aisément transformable. Des phares construits en volume aux tableaux en relief et aux maquettes de décors de théâtre, j'ai toujours depuis pu compter sur ce matériau-ami pour donner corps à mes idées. Comme entre 2000 et 2007 – je résidais alors au Canada – pour créer les "maisons heureuses", répliques miniatures et colorées des habitations du Montréal populaire, quais de pêcheurs et phares (encore !) des Provinces Maritimes de l'est canadien. Le thème de la maison, symbole de refuge et de l'être intérieur, ne venait pas par hasard à un migrant qui même à l'intérieur de sa ville natale, Paris, cultivait une forme d'itinérance...


Ce fut ensuite un retour en France, la "mise en carton" des immeubles – et des toits ! – parisiens. Le matériau s'affranchit alors du "décor peint" qui habillait les modèles montréalais, les jus et frottis accentuant les textures sans les noyer. (En parallèle, la démarche initiale de recyclage se complète d'une recherche de produits "naturels" : les maisons ne doivent-elles pas être si possible... biodégradables ?) Une évolution qui conduit en 2016 aux premières "maisons hautes"... avec la sensation de mettre le doigt sur "quelque chose" ; des référentiels architecturaux plus vagues, Paris et ses toits, mais aussi tours, phares (!) ; des objets un peu fous et baroques où le carton se libère sans plus avoir besoin du maquillage des enduits ou de la couleur, où peuvent subsister tous les accidents et repentirs, où prime le jeu des yeux et des mains et où le "bac à chutes" devient un réservoir d'idées.

Un champs d'expérimentations s'ouvre, un Manhattan
ou un San Geminiano de carton s'élabore...


Jean-Marc Plumauzille



Even as a child, I had a passion for simple, reclaimable, and brilliantly transformable materials. As such, cardboard is both my inspiration and instrument. From three-dimensional lighthouses, to relief paintings and theater set models, I can always depend on the material to structure my ideas. Between 1998 and 2007, I lived in Canada. During this time, I used it to create “happy homes,” colorful replicas of everyday Montreal housing, fishermen's wharves and lighthouses (once again!) from Eastern Canada’s Maritime Provinces. The theme of the home, the symbol of refuge and self-reflection, was a product of my experience as a city dweller that always had strong connections to wandering, even in my hometown of Paris.

When I returned to France, I began “boxing” the dwellings and rooftops of the city of light. I stripped the cardboard of its painted decor appeal, initially well suited to the homes and vibrant facades of Montreal. At the same time, my efforts to use recycled materials came full circle through the research of “natural” products, rendering my creations biodegradable. These evolutions resulted in my first “maisons hautes” (fine homes) and the sensation of grasping something new: vague architectural references, Paris and its rooftops, towers and lighthouses (yes, more of those), and wild, baroque objects. Bare, uncolored, uncoated, the cardboard assumed distinct forms in a defiant process of trial, error and affirmation. In this period of transformation, the scrap pile became a reservoir of ideas.

Experimental horizons are expanding giving rise to a potential cardboard Manhattan or San Geminiano...


Jean-Marc Plumauzille

Traduction Kiel Bonhomme
Jim et Catherine Helwig


 


acasafeliz_parisminiature_fr.pdf


acasafeliz_parisminiature_en.pdf